Une enclave asiatique en terre espagnole

Par Mireille GIGNOUX.

Paradis thaï lové au cœur d’une végétation luxuriante dans la province d’Alicante, l’Asia Gardens Hotel dispose d’un spa où les rituels traditionnels asiatiques favorisent lâcher-prise et récupération de l’énergie vitale.

À 50 km de l’aéroport d’Alicante, à l’écart de l’agitation balnéaire, en retrait de la Costa Blanca, au cœur de la Sierra Cortina, l’Asia Gardens (groupe Barcelo) est plus qu’un hôtel avec spa. C’est un concept en terre espagnole qui vous transporte en Asie du sud-est. Les trente-six hectares de pinèdes sont redessinés dans un style asiatique avec fleurs aromatiques, bonsaïs anciens, hibiscus, bananiers, palmiers, cascades, sept piscines aux eaux cristallines. La plus emblématique, réservée aux adultes, est dominée par d’impressionnantes sculptures qui représentent les Visages d’Angkor. Les chambres à la décoration balinaise, ponctuées de meubles typiquement indonésiens, dégagent une impression de sérénité que l’on retrouve au Thaï Spa.

LE MASSAGE NUAD THAÏ

Cet univers sensoriel, empreint d’harmonie et de quiétude, est dirigé par Rosa Sancho Bito, qui connaît bien les pratiques ancestrales asiatiques, parmi lesquelles le massage traditionnel thaïlandais (nuad thaï), le soin le plus demandé. D’ailleurs, elle n’hésite pas à expliquer aux néophytes que, contrairement aux idées reçues, ce rituel est né en Inde il y a plus de 2 500 ans à l’initiative du Docteur Jivako Kumar Bhaccha, yogi et ami de Bouddha. Inspirée du shiatsu, de l’ayurvéda et du yoga, cette technique s’est développée en Thaïlande dans les temples bouddhistes pour apaiser les muscles après les longues heures de méditation. Transmis oralement de moine en élève, ce massage, appelé nuad (pression) bo rahn (ancien), a connu un véritable essor dès 1830 lorsque le roi Rana III a créé à Bangkok l’École de Wat Phô. Implantée dans le Temple du Bouddha Couché, elle est devenue l’un des hauts-lieux de l’enseignement. Toutes les thérapeutes du Thaï Spa y ont été formées. La directrice précise : « La philosophie thaïe estime que chacun de nous est animé par le prana, souffle vital qui parcourt le corps suivant des lignes appelées sen, correspondant aux méridiens d’acupuncture des Chinois. Les sen sont difficiles à appréhender pour les Occidentaux, car il faut les ressentir, sans les voir ; c’est pourquoi on parle d’Art du Toucher. L’objectif de nos thérapeutes est de débloquer les flux énergétiques et d’équilibrer les sen pour soulager les maux ».

Un concept en terre espagnole qui transporte en Asie du sud-est

Une fois le pyjama traditionnel revêtu, allongé sur un tatami, le soin nuad taï débute par un modelage des pieds pour détendre les membres inférieurs. Puis la praticienne entame une sorte de chorégraphie tour à tour avec ses pouces, ses coudes, ses genoux, ses pieds. Elle utilise le poids de son corps pour alterner longs étirements et pressions profondes. Aucune souplesse particulière n’est requise, mais le client est actif pendant la séance. À la fois dynamiques et fluides, les manipulations, basées sur des postures de yoga, se font en duo, contrôlées par la praticienne. Elle accorde aussi une attention particulière à la respiration pour favoriser la circulation sanguine et lymphatique. Comme après une séance de sport intensive, on peut ressentir des courbatures. Elles s’estompent dès le lendemain, avec en prime une meilleure amplitude dans les mouvements et un mental apaisé.

LE LOOK PRA KHOR

Autre soin traditionnel : le Look Pra Khob, qui rappelle que la médecine thaïe utilise les herbes depuis plus de 400 ans. Il mixe réflexologie plantaire, étirements et massage avec des pochons chauds des pieds aux trapèzes. Tantôt glissés, tantôt tapotés, les ballotins, renfermant tamarin, gingembre, curcuma, citronnelle soulagent les microtraumatismes, favorisent la circulation et l’élimination des toxines. Ces deux rituels sont complémentaires pour détendre les muscles malmenés par les mauvaises postures du quotidien. Mais ils sont déconseillés aux femmes enceintes, en cas de maladie cardio-vasculaire, de lésions cutanées ou de fragilité des os.

Également sur la carte du spa pour équilibrer le corps et l’esprit, le nuad nam mun, un massage aromatique basé sur les principes de l’aromathérapie et du massage suédois. Les huiles essentielles de plantes, fleurs et fruits thaïs activent le système olfactif et la partie du cerveau qui met les odeurs en relation avec les humeurs, les émotions, les souvenirs. Généreusement étalées sur le corps avec une alternance de percussions, d’effleurages ascendants vers le cœur, de pétrissage avec la pulpe des mains, elles apaisent les caractères les plus anxieux.

LE NUAD NUK KII LAA

Les plus sportifs optent pour le nuad nuk kii laa, qui travaille les muscles en profondeur, libère la tension dans les fascias et augmente le flux sanguin. Ce rituel, conseillé avant ou après un effort, soulage les muscles endoloris et les crampes !

Cours de taï chi, qi gong, yoga et méditation sont au programme pour conforter bien-être et force intérieure

LE NUAD HIN RON

Mais on peut lui préférer le nuad hin ron, massage aux pierres de basalte appliquées chaudes sur différents points de digitopression. En pénétrant dans la peau, la température ramollit les muscles et soulage les contractures.

Ces soins peuvent être effectués soit en extérieur sous un palafitte face à la piscine du spa, soit dans l’une des cinq cabines pourvues de tatamis ou de lits balinais et dotées d’une baignoire où des pétales de fleurs flottent à la surface.
Cours de taï chi, qi gong, yoga et méditation sont également au programme pour conforter bien-être et force intérieure.